L’artifice humain

Günther Anders

L’ARTIFICE HUMAIN
Pour une anthropologie « négative »

Préface de Ubaldo Fadini

Rayon : Philosophie

ISBN: 979-10-93250-40-3

Prix : 12,00 euros

Pages : 88

Parution : avril 2020

L’ouvrage : Günter Anders était, comme il devait le rappeler lui-même, un penseur chassé de toutes les frontières et c’est à partir de cette condition que nous pouvons comprendre une vie intellectuelle inquiète qui a traversé les événements, souvent dramatiques, d’une grande partie du siècle dernier. De cette situation, Anders réussit à produire une réflexion intellectuelle très riche, fondée sur une base théorique d’une grande importance, à partir aussi d’une formation philosophique qui a vu une comparaison variée avec la phénoménologie, l’anthropologie philosophique (dont il peut être considéré comme l’un des premiers et des plus radicaux représentants), l’existentialisme, l’éthique technologique. Ce recueil de textes, notamment de jeunesse, veut permettre d’approcher la figure d’un penseur qui offre encore aujourd’hui des pistes importantes pour pouvoir réfléchir de manière critique sur la dynamique de la civilisation technologique et sur les enjeux environnementaux de plus en plus urgents qui en découlent.

L’auteur :

Günther Anders (né Günther Siegmund Stern) est philosophe, né en 1902 à Breslau et mort en 1992 à Vienne. Ancien élève de Husserl et Heidegger et premier époux de Hannah Arendt, il est connu pour être un critique de la technique et un auteur pionnier du mouvement antinucléaire. Le principal sujet de ses écrits est la destruction de l’humanité à cause de la puissance de la technique qui rend l’homme obsolète. L’oe uvre de Günther Anders s’inscrit dans un rapport critique à la philosophie, qu’il convie à s’intéresser non à elle-même mais au monde, à commencer par ce qu’il considère comme les deux événements majeurs du XXe siècle : Auschwitz et Hiroshima. Parmi ses ouvrages traduites en français : L’Obsolescence de l’homme, t. 1 : Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (1956) ; L’Obsolescence de l’homme, t. 2 : Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle (1980).

Laisser un commentaire